Projet Guinée – I

Depuis bientôt un an, mes recherches avec le professeur Patrick Dramé m’ont mené en Guinée où nous travaillons sur les lieux de mémoire de la période révolutionnaire. Il s’agit ici d’étudier une mémoire « chaude » alors que nous tenterons de mettre en lumière des sites témoins de la violence révolutionnaire à l’époque de Sékou Touré. Nous parlons d’une mémoire chaude puisque les souvenirs de la période révolutionnaire sont parfois salués, voire adulés, par des figures comme Sidiki Kobélé Keïta d’autres fois rejetée par des associations de victimes comme l’AVCB (Association des victimes du camp Boiro).

L’objectif n’est toutefois pas de se poser en historien thaumaturge qui tente de guérir les blessures issues du passé, mais bien de jeter un regard sur cedit passé, le ramener dans l’espace public et contribuer à l’intelligibilité de cette mémoire douloureuse. En effet, en réalisant le projet Guinée, nous souhaitons avant tout partager la complexité des enjeux mémoriels de la Guinée à toutes et à tous. C’est pourquoi nous prévoyons utiliser une carte interactive, qui est, selon nous, un médium à privilégier quand vient le temps de partager des bribes du passé à des utilisateurs qui souhaitent en apprendre davantage sur un sujet donné, en l’occurrence, les lieux de mémoire entourant la période Sékoutériste de la Guinée.

Bien entendu, nous ne sommes pas les premiers à explorer cette thématique. Les ouvrages de Jean-Pierre Chrétien, Mike McGovern, Boubacar Diallo ou Céline Pauthier, notamment, sont d’excellents exemples issus de l’historiographie et qui témoignent de la richesse de ce champ d’études. Bien que tout semble déjà fait, notre approche nous permettra de nous inscrire parmi ces chercheurs sans sombrer dans la redondance. En effet, en mobilisant des outils informatiques, nous contribuerons à l’intelligibilité du sujet, et offrirons une synthèse des ouvrages récent et moins récent. L’aspect de synthèse est extrêmement important dans le cadre de ce projet. En effet, bien qu’il y ait des visées scientifiques, il ne faut pas perdre de vue le lectorat visé par le projet Guinée. Au même titre qu’un comité de réconciliation nationale, ce projet ne s’adresse pas aux gouvernements ou à la communauté scientifique, nous cherchons avant tout à communiquer avec la population guinéenne et lui léguer ce récit sur son passé récent. Nous n’avons pas la prétention de révolutionner l’historiographie ni de réconcilier des partis qui s’opposent depuis plusieurs décennies, mais nous espérons tout de même apporter une pierre, aussi petite soit-elle, à l’édifice de la réconciliation.

Méthodologie

Ceux et celles qui suivent ce carnet de recherche seront désormais familiers avec ma méthodologie. Une fois de plus, il s’agira de réaliser une carte interactive à partir de la librairie JavaScript Leaflet. Je reprendrai alors l’idée développée dans le cadre de l’activité de recherche dispensée par le Pr Tristan Landry, le renseignement militaire russe. Il s’agira d’une carte sur laquelle nous placerons des points auxquels nous associerons des popup. Dans les popup nous placerons de courts textes au sujet du lieu mémoire ainsi que des images et des références bibliographiques pour aller plus loin.

Un marqueur et un popup sur Leaflet

Nous répéterons ensuite la procédure jusqu’à ce que nous ayons couvert la totalité des lieux que nous avons identifiés (jusqu’à présent, nous en avons une quarantaine). Pour illustrer les lieux, nous préconiserons des images en SVG plutôt que des JPEG. Par souci d’uniformité et de style, nous croyons que le résultat final sera bien plus attrayant si nous optons pour une série d’images ayant un style similaire qu’une série de JPEG dépareillés.

Reproduction SVG du fronton du palais du peuple de Conakry

Enfin, nous prévoyons personnaliser nos icônes afin de les rendre plus représentatifs. Rien de compliquer, il s’agira de faire des images SVG que nous substituerons au marqueur par défaut de Leaflet.

Un marqueur personnalisé

Il reste d’autres éléments à présenter, notamment les fonctionnalités de « déplacement » entre différentes régions du globe, mais je l’aborderai dans une future entrée. D’ici là, voici un court vidéo afin de donner un avant-goût des prochaines fonctionnalités qui seront abordées dans ce carnet de recherche.

1 a commenté sur “Projet Guinée – I”

Répondre à Tristan Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *